j'aide mon Eglise je m'abonne à la lettre d'information infideo.fr
Projet de loi bioéthique 2019 - Lettre ouverte aux parlementaires de Seine-et-Marne
Publié le 02/10

Lisez la lettre ouverte de de Mgr Jean-Yves Nahmias, envoyée aux parlementaires de Seine-et-Marne, à l’occasion du projet de loi sur la bioéthique.

Meaux, le 30 septembre 2019

Madame, Monsieur,

Depuis le 24 septembre a commencé en séance publique à l’Assemblée
Nationale l’examen du projet de loi relatif à la bioéthique.

Comme évêque et comme citoyen, je mesure la charge de travail qui vous incombe
pour entrer dans le discernement nécessaire. Je voudrais vous dire l’estime que j’ai
pour votre travail d’élu et, en même temps, je vous avoue mon inquiétude sur
certains aspects du projet de loi.

Jusqu’ici, la PMA était réservée à un usage thérapeutique pour aider les
couples infertiles. Faire passer la PMA de l’usage thérapeutique à une réponse à des
désirs individuels me semble un chemin périlleux. Chacun voit bien les difficultés que
cela pose. La question de la filiation : qui sera la mère dans le cadre d’un couple
homosexuel ? Quel accès à l’identité paternelle ? Sur le principe d’égalité, ce chemin
n’ouvre-t-il pas l’accès inévitable à la procréation via la GPA ?

Certains disent que ces pratiques sont libres à l’étranger et qu’il faut bien
trouver un statut juridique pour ces enfants qui vont grandir en France. D’autres
ajoutent que beaucoup d’enfants ne connaissent pas leur père et que cela ne les
empêche pas de vivre heureux. Malheureusement, ces enfants font les frais des
relations difficiles entre leurs parents ou d’accidents de la vie que nous ne souhaitons
à personne. Devons-nous faire entrer dans la normalité le fait de ne pas avoir de
père ?

Le champ de la recherche sur l’embryon est sans cesse élargi. Jusqu’où cela ira-t-il ? Nous comprenons tous que s’il est possible de trier avec succès les ovocytes cela conduira à une forme d’eugénisme.

Je sais l’importance de la recherche et je sais combien notre monde évolue vite, mais il faut savoir proposer des garde-fous et des cadres. Nous voyons tous chaque jour les dégâts que notre technologie a infligés à la nature : ne reproduisons pas les mêmes erreurs avec la vie humaine.

Durant les prochaines semaines, vous serez amenés à vous exprimer sur ce projet de loi fondamental. J’espère profondément que votre réflexion personnelle et votre travail de parlementaires aboutiront à une loi qui garantira aux générations futures le respect de la personne humaine.

Je vous prie de croire à ma prière pour chacun de vous.

Mgr Jean-Yves Nahmias
Évêque de Meaux

  • Document(s)